FANDOM


Courcelle

Héraldique du baron Théobald de la Courcelle

Histoire Modifier

Après des années et des années de guerres entre petit clans et villages, se qui devait être la baronnie de Missède s'était alors finalement rassemblé autour de quatre seigneurie qui se disputaient le territoire de la future baronnie: Chirad, Ethin, Missède et Ybaen.

Pour ceux qui connaissent et rient parfois des manières des seigneurs de la baronnie et ne peuvent imaginer qu'on fasse couler le sang en terre de Missède, jamais ils n'ont parcourut certains des ouvrages de la Bibliothèque secrète qui relatent cette période. On y parle de forêt de pals qui venaient se dresser sur les champs de bataille. On raconte que les hommes de cette époque avait développé une technique très particulière qui faisait que l'individu empalé restait vivant et parfaitement conscient durant un long moment après avoir été empalé.

Missède

Le Mont Pourpre est un des lieux célèbre pour cela. Il doit son nom au fait que la roche qui le compose a en effet une teinte rougeâtre. La légende raconte que celle-ci provient des évènements particulièrement sanglants qui s'y sont déroulé à l'époque des guerres interne à se qui devait devenir la baronnie. Le sang abreuva tellement la roche qu'elle prit cette couleur. D'autres personnes, plus pragmatiques estiment qu'il ne s'agit là que d'une réaction normale étant donné la richesse de la roche en oxyde de fer. Toujours est-il qu'on ne recense pas moins de douze batailles qui s'y sont déroulé, ainsi qu'une vingtaine de forêt de pals.

Mais plus les années passaient, plus le conflit s'enlisait sans qu'aucun des camps ne puisse vraiment prendre l'avantage. Chiard, malgré sa faiblesse ne pouvait être prise d'assaut car aucune des autres seigneurie ne pouvait aligner une flotte assez puissante. Missède possédait un très grand nombre d'hommes, mais pas forcément l'argent pour les payer et son armée en était donc réduite. Ybaen avait assez d'argent pour engager les mercenaires, mais ne disposait pas d'une armée très importante. Quant à Ethin, les description de se qu'était les château et fortification de la région à l'époque explique aisément comment les seigneurs d'Ethin pouvaient tenir leur position.

Le conflit s'enlisait et les morts s'accumulaient, chacun des camps revendiquant la suprématie totale sur ces terres.

La situation changea quant le seigneur Adamar de Missède épousa en seconde noces Garance de la Courcelle. L'ingénue jeune femme de 12 ans alors était en effet seule héritière possible de la seigneurie d'Ybaen, tout les mâles légitimes étant tombé sous les épées missédienne lors de la huitième bataille du Mont Pourpre. Il n'était pourtant pas prévu qu'elle apporte Ybaen en dot à son mariage. Mais trois jour après les noces, Orion de la Courcelle, le père de la jeune mariée mourut tragiquement au cour d'un banquet après avoir mangé un bolet empoisonné.

Pour ce crime, on condamna Tanis, fils bâtard d'Orion à être démembré puis éviscéré et brûlé. Une mort horrible d'autant plus que contrairement à se qu'on peut penser en entendant pareil sentence, se sont bien les flammes de son bûché qui ont mit fin à ses souffrances. Encore aujourd'hui, il reste des zones d'ombre sur sa véritable culpabilité. Certaines rumeurs prétendent qu'Orion s'apprétait à changer son testament pour reconnaître Tanis comme son successeur légitime. Autre détail troublant, d'après certains, Orion aurait, au moment de son assassina, eu Gwendoline de Missède pour amante. Femme de fort sinistre réputation connue entre autre comme la mère d'Adamar de Missède.

Quoi qu'il en soit, les épées d'Ybaen n'avaient plus de choix et devaient jurer allégeance à Garance de la Courcelle et donc, comme une femme doit être toute entière soumise à son époux, Ybaen se soumis ainsi à Missède.

Cet acte marqua le début de l'unité missédienne. Grâce aux importantes ressources d'Ybaen et à ses armées, Missède prit un très net avantage sur les seigneuries d'Ethin et de Chirad. Cette dernière fut la première à tomber. Mais la prise de la ville fut entaché d'un deuil. Adamar de Missède y perdit la vie. Frapper dans le dos par une lame félonne de chiradis. Bien que certains écrits et témoignages profondément enfouis dans la bibliothèque secrète de Missède rapporte que c'est le fils d'Adamar qui lui porta ce coup mortel. Ce même fils qui monta alors sur le trône de Missède sous le nom de Viktor I de Missède.

Vingt années plus tard, les armées de Missède soumettait Ethin. Et Viktor I qu'on avait surnommé Le Sanguinaire, péris lui aussi au court de l'assaut. Lui aussi de la main de son fils si l'on en croit certains témoignages.

De nos jours, il reste des traces de ces évènements dans le système politique de Missède. Ainsi, le baron se présente toujours en tant que baron et seigneur de Missède. En effet, son titre de seigneur de Missède sous entends sa suprématie sur les terres d'Ethin, Chirad et Missède. Elles sont soumise à son entière volonté depuis la conquête il y a bien des années et le baron y exerce un pouvoir absolut. Le titre de baron de Missède englobe également les terres d'Ybaen. N'ayant pas été soumise par la force, elles ne sont pas rattachée à Missède de la même façon. Il s'y exerce la féodalité. Les seigneurs d'Ybaen ne sont pas soumis à l'absolutisme du trône de Missède, mais sont ses vassaux. Tout comme l'est le seigneur d'Ybaen. Pourtant, il ne faut tout de même pas se faire d'illusion. La division du pouvoir entre Ybaen et Missède n'est qu'administrative et traditionnel. Le seigneur ou la Dame d'Ybaen n'a en fait pas de pouvoir sur l'armée ou ne peut lancer une politique qui diffère de celle du pouvoir de Missède. Ybaen est, en outre, surveillé par un Emissaire de Missède. Titre ronflant pour désigner un seigneur qui veille en toute chose à se que la volonté baronnale soit suivie à la lettre à Ybaen. De plus, le baron ou l'Emissaire de Missède peuvent, en cas de trahison, déchoire de ses fonction le seigneur ou la dame d'Ybaen.

La Garde de la Bibliothèque Modifier

Ce nom étrange est celui donné au corps des 106 hommes de l'élite missédienne. Nom risible par les simples d'esprit. Mais ce nom fort étrange et sujet au rire de bien des nobles trouve son origine dans l'histoire de la baronnie.

Après la mort de Viktor I de Missède, se fut son fils qui monta sur le trône: Farem II de Missède. Baptisé par les récris de cette époque l'Imberbe. On raconte qu'il prenait terriblement mal ce sobriquet dont l'avait affublé et que plusieurs pauvres hères qui firent l'erreur de le prononcer devant lui connurent une fin tragique, prématurée et douloureuse. Il est important à ce point du récit de préciser qu'à cette époque, il était signe de virilité et de puissance de porter la barbe à Missède. Et plus votre barbe était grande et fournie, plus cela signifiait que votre gloire était grande. D'où un certain sentiment d'humiliation de la part du seigneur de Missède et d'Ybaen.

Il est aujourd'hui évident que Farem était en réalité bien loin de mériter ce surnom puisqu'il remporta quelques belles victoire face aux autres seigneurs des territoires récemment conquis par la couronne de Missède. C'est à lui que l'on doit la pacification de se qui devait être la baronnie ainsi qu'une certaine partie des frontières de la baronnie, toujours d'actualité. À l'époque de cette pacification, Farem l'Imberbe avait crée et rassembler autour de lui un corps particulier de l'armée de Missède: une troupe d'élite toute dévouée à sa sécurité rapprochée et à la protection du palais de Missède. Les Lances. Se fut la première apparition d'une garde rapprochée du baron.

À la mort de Farem, se fut son fils Kalgar I de Missède qui prit le trône. Il y a assez peu à dire sur son rêgne étant donné que celui-ci ne dura que deux jours. Il s'effondra pendant un banquet en se vidant allègrement par les deux extrémité de son appareil digestif. Une mort peu enviable.

On murmura longtemps à cette époque que c'était son frère cadet qui était le responsable. Et il fallait bien dire que se n'était pas forcément tout à fait faux. Mais ça, on en sait trop rien en vérité. Viktor II de Missède monta alors sur le trône. Au début de son règne, il était nommé le Fratricide en raison des circonstances quelque peu étranges dans lesquels était mort son ainé. Il est en grande partit connu pour avoir sortit la baronnie de son âge sombre et avoir entamé de lui donner l'image qu'elle possède aujourd'hui.

Il gagna par la suite le surnom de Viktor le Sage quant il construisit la fameuse bibliothèque de Missède.

Et c'est là qu'apparut pour la première fois la fameuse Garde de la Bibliothèque. Il ne s'agissait au départ pas de soldats d'élite. Mais simplement de sept hommes qui avaient pour tâche de protéger les ouvrages de la bibliothèque dont certains étaient notoirement précieux. C'est à cette époque que le mythe des archives et de la bibliothèque secrète de Missède apparurent. Il ne s'agissait celons la rumeur que d'un simple coffre caché au départ. Mais plus la rumeur se rependait et plus la taille de la fameuse bibliothèque augmentait.

La Garde changea vraiment de statut à la mort de Viktor II. Se fut l'un des rares seigneur de Missède dont la mort ne fut pas sujette à des rumeurs. Puisqu'il s'éteignit simplement dans son lit emporté par le grand âge.

Deux personnes prétendaient au trône: ses jumeaux. L'un, l'ainé, Adamar devait normalement monter sur le trône de Missède. Mais son cadet, Viktor ne l'entendait pas de cette oreille. Alors que son frère entrait dans la bibliothèque, lui et les Lances qu'il avait rassemblé autour de lui tendirent une embuscade à l'héritier et tentèrent de le tuer. La Garde de la Bibliothèque intervint alors. Largement dépassé en nombre, les Gardes de la Bibliothèque n'en démodèrent pas. Leurs épées frappant avec un tel acharnement qu'ils finirent par arracher la victoire.

Cinq des Gardes de la Bibliothèque étaient mort. Mais les Lances félonnes étaient tombé sous leurs épées et le légitime seigneur de Missède et d'Ybaen était sain et sauf.

Seule tâche à cela, Viktor le Félon était parvenu à fuir et à trouver refuge chez les opposants et les mécontents que la politique de la baronnie faisait.

À nouveau à Missède on tira les épées et on leva les bannière. La salamandre jaune affronta la salamandre rouge.

La guerre se termina, comme échos du passé sanglant de la baronnie, lors de la treizième bataille du Mont Pourpre. À nouveau, les pals s'élevèrent sur le sommet pourpre. Et au centre de cette funeste forêt pendait lamentablement, les membres pendants comme de funestes étendards, le corps décapité de Viktor le Félon. Adamar de Missède emporta avec lui la tête de son frère plantée au bout d'une pique. Il fit mettre à sac Ethin, dernier bastion de la résistance contre son autorité et laissa la tête du félon.

Il existe certaines rumeurs. Le lignage de Missède est quelque peu obscure sur ce point. Est-ce vraiment Adamar qui avait prit le pouvoir? Après tout, Viktor était le jumeau d'Adamar. Qui donc est revenu victorieux à Missède? La salamandre rouge a certes remporté la victoire. Mais qui portait l'armure du seigneur de Missède? À cette question, seul le baron serait en mesure de répondre. Mais il ne le fit jamais quant on lui posa cette question. C'est une constance chez chacun des seigneurs de Missède. Il se contente de vous accorder un léger sourire polis et de changer de sujet. Passé honteux ou agacement prodigieux? Nul ne saurait vraiment le dire.

Après la trahison des Lances, la troupe fut démantelée et la majorité de ses membres emprisonné. Se fut la Garde de la Bibliothèque qui, en récompense de la bravoure de ses membres se vit offrir toutes les prérogatives qui étaient par le passé celles des Lances.

Tout d'abord les fils ainé des chevaliers tombé pour défendre leur seigneurs remplacèrent leurs père. Sept hommes qui portent aujourd'hui encore le titre des Vertueux. Ils forment l'élite de la chevalerie Missédienne. Premier fils de la noblesse et parangon de la chevalerie du duché de Langehack. À six d'entre eux, il a été confié les vingt meilleurs combattants de Missède. Chevaliers ou hommes d'armes sortit du rangs par leur bravoure et leur dévotion envers la baronnie. Le septième Vertueux qui avait été le capitaine de six autres le resta et prit le commandement de la nouvelle garde rapprochée du baron.

Bien que les troupes de Missède soient théoriquement du ressort du Sénéchal de Missède, la Garde de la Bibliothèque représente un corps d'armée à part dans la baronnie. Le Sénéchal n'a en effet pas le moindre pouvoir sur la Garde. Elle ne dépend de l'autorité de personne si se n'est du baron ou de son capitaine.

Chacune des sections de la Garde est une entité indépendante qui agis celons les ordres qui lui sont donné. Afin de les différencier des autres soldats de Missède, ils portent un équipement différent et un blason également. Sur celui des Gardes de la Citadelle, la salamandre rouge de Missède repose sur un livre et non sur un lit de flammes. Autre élément, celui-ci servant à différencier entre elle les six sections, il a été intégré au blason de la Garde un élément variable. Les salamandres tiennent toutes une armée (épée, hache, arc, lance, masse ou bouclier). Ces armes sont brodées en argent sur les surcots des hommes de la Garde et en or sur ceux des Vertueux. La salamandre du capitaine de la Garde est la seule à ne pas porter d'arme en revanche.

Il existe également un seau spécial que le baron n'utilise que pour transmettre ses ordres aux vertueux. Il est place au bout d'une bande de tissus rouge vif rattachée au coin suppérieur gauche de la missive. Missive elle même scellée du seau baronnal. Afin que personne n'ai l'idée d'en faire une copie, ce seau est systématiquement réduit en miette par le vertueux lors de la reception de la lettre. Un enssemble de quatres mots tenus secret et régulièrement modifié fini d'assurer que les ordres transmits le sont bien par le baron et non par un imitateur.

Les armées missédoises Modifier

À la confluence du sud, du médian et de l'Odelian la culture militaire de Missède à su s'inspirer de tous.  De l'Odelian elle en prit la cavalerie, du sud les fameux Tercio et  impressionnés par les longs archers de Hautval  les missèdois ont aussi une archerie nombreuse.  Un autre point concernant la culture militaire missèdoise, l'importance accordée à la bataille en rase campagne et le peu d'intérêt à la bataille de siège. Ceci explique le peu de forteresses présentes à Missède, la demeure des barons est par ailleurs plus un palais qu'autre chose. Ceci est visible dans toute la baronnie, les demeures sont des lieux de vie et de plaisirs et non des lieux de défenses.  Un point particulier, Isgaard. Cette ville n'est certes pas une forteresse, mais il s'agit d'un camp retranché bien organisé. Ce camp est situé autour d'un ancien château, mais des rumeurs de futurs travaux circulent. Il s'agit de renforcer le contrôle de Missède sur le delta. L'importance de la cavalerie dans la culture missèdoise explique surement le manque de fortification, ces dernières ne mettant pas assez en valeur la chevalerie.

Il s'agit d'un territoire centralisé, la baronnie ayant un large contrôle sur son armée et ses vassaux. Cependant, il s'agit d'un territoire avant tout tourné vers le commerce et qui ne fournit pas autant d'homme qu'il pourrait à son armée, cela même pour la noblesse. Ce peu d'effectifs et la prospérité des terres permettent au baron de disposer d'une armée bien équipée. En ce qui concerne les effectifs de la cavalerie et de la milice un quota de troupe en état de se battre est fixé par la baronnie et une liste des personnes concernées est rédigée. Il s'agit avant tout de volontariat sauf pour la chevalerie pour qui se battre pour Missède est un honneur.

Les armées professionnelles Modifier

(2156 hommes)

G8at

La protection du baron est assurée par les gardes de la bibliothèque. À Missède se trouve le capitaine des gardes et 5 de ses lieutenants qui ont sous leurs ordres 20 hommes chacun. Un sixième lieutenant est en permanence à la tête du territoire d'Isgaard, ce poste est occupé pour deux ans avant qu'un autre garde prenne la place. Nous avons donc 106 hommes présents à Missède. Il doit toujours rester au minimum une section dans la capitale.

La Chevalerie est la base de l'armée Missèdoise. Le territoire de Missède est une région prospère constituée de nombreux domaines et manoirs occupés par des nobles. Ainsi, il existe un vivier important de nobles et chevaliers disposant des moyens de s'équiper d'un matériel de bonne qualité. Une armure à plate complète, l'épée à deux mains, et la longue lance sont l'équipement standard de ces hommes, mais on trouve bien souvent des marteaux de guerres, masses d'armes et autres instruments de mort dans leurs inventaires.  Ces hommes emplis des valeurs de la chevalerie et de courage, s'entrainant depuis leurs plus jeunes âges, brillant dans les tournois, bien équipés constitues l'élite militaire de la baronnie. Cette description ne s'applique cependant qu'a une minorité de combattants, l'argent nécessaire pour s'équiper étant important. Mais de nombreux sergents, écuyers et autres combattants montés suivent les chevaliers.   Ces hommes qui ne sont rien d'autre que le fleuron de l'armée missèdoise sont au nombre 400.

Aux côtés de ces lourds chevaliers, on trouve quelques cavaliers plus légèrement armés. Ces hommes peuvent charger, mais là n'est pas leur point fort. Ils sont avant tout destinés à harceler l'ennemie, à protéger les flancs des chevaliers, ils sont aussi chargés des missions d'éclairages. Une partie d'entre eux est réputée pour le maniement de l'arbalète. L'armée peut compter sur 600 cavaliers légers.

La compagnie de Missède est le nom que l'on donne à l'infanterie de métier. 500 hommes constituent cette unité, nous pouvons la diviser en deux catégories. 200 hommes sont des piquiers. Armée d'une pique longue de 3 mètres, d'une bonne demi-plate ainsi que d'une épée pour combattre au corps-à-corps. Pouvant faire un mur de pique, ils sont idéals pour protéger une position. Ils sont soutenus par 300 hallebardiers qui sont parfaits pour le combat rapproché. Ces hommes possèdent aussi un équipement plus que correct, et en cas de rupture du mur de pique, ils peuvent combler les trous. Leurs hallebardes leur permettent aussi de former un mur d'arme de hast. L'objectif de cette infanterie est avant tout de soutenir la cavalerie et de lui permettre de se reformer entre deux charges, elle fournit aussi une base importante pour la milice.

Une deuxième compagnie est aussi présente à Misséde, il s'agit de la compagnie de la Salamandre. Elle est composée de 100 doubles soldes ainsi que 250 épéistes portant un bouclier rond. Les doubles soldes sont des fantassins équipés d'une épée à deux mains ainsi que d'une bonne armure, ils sont chargés de rompre les lignes adverses. Activité risquée d'où une double solde bien méritée. Les épéistes ont pour objectif d'exploiter les brèches ouvertes par les doubles soldes. Mais ils peuvent tout aussi bien en créer, attaquer des positions adverses... Il s'agit là d'une compagnie ayant résolument un rôle plus offensif que la compagnie dite de Misséde. C'est pourquoi son nom est celui de la Salamandre, il s'agit du feu de Missède s'abattant sur ses adversaires.

À côté de cette infanterie, on trouve 200 arbalétriers. Ils ne font pas partie des compagnies, car ils ne se situent pas à Misséde, mais à Chiard. En effet, les placers dans la plus grande ville portuaire de la baronnie est un choix judicieux. Il s'agit de pouvoir les placer rapidement sur les navires. Ils sont bien souvent dans les navires lorsque que ceux-ci patrouillent ou combattent les pirates. Habitués à monter sur les navires, ils font de bons combattants dans les batailles navales.

La milice Modifier

(3300)

8uvj

Nous pouvons diviser la milice de Missède en deux catégories, celle des villes et celle des campagnes. Dans les villes tout d'abord, les milices sont composées avant tout de piquiers, un certain nombres  d'arme d'hasts sont aussi présente. Une compagnie étant composé de miliciens provenant d'un même quartier , ils disposent d'une forte cohésion et d'un équipement loin d'être mauvais. La ville de Chiard et de Missède étant les plus importantes villes de la baronnie fournissent la majorité des effectifs. La ville de Chiard dispose ainsi de 400 miliciens à fournir aux armées de la baronnie, ce sont des troupes constituées en partie de fils de marchands et des artisans de la ville, qui fournissent les cadres les plus importants. En effet, la majorité des soldats sont fournis par les marchands, dont les fils n'occupent que des postes de cadre,  qui prennent le soin de les équiper.  La ville de Missède fournit 400 soldats qui profitent des forges missédoise, forges qui fournissent les gardes de la bibliothèque. Ces formations de piquiers sont bien équipés, car elles peuvent compter sur un système de financement municipal et surtout sur l'évergétisme. Cette infanterie fournit en tout 100 hommes au baron.

Les campagnes fournissent surtout des troupes de tir , via un système de francs-archers . Un intérêt tout particulier est donné à leur entrainement, ils sont organisé mensuellement au niveau des châtellenies.  Et point important dans la culture populaire missèdoise, il est organisé très régulièrement des concours d'archerie. Au départ, il ne s'agissait que d'entrainement avec un prix pour le gagnant.  Mais c'est devenu un événement populaire incontournable pour tout bon missèdois, même les nobles viennent y assister. Le plus célèbre d'entre eux est celui d'Ybaen, domaine connu pour ses archers et l'importance des festivités qui y ont lieu chaque année lors du concours d'archerie. Les armées de la baronnie peuvent ainsi compter sur 2300 archers bien formés.

La garnison d’Isgaard Modifier

(451 d’hommes)

Terminons par un cas à part dans l'armée missèdoise., la garnison d'Isgaard. Suite à la prise de possession de ce delta par Missède une force militaire y est maintenue en permanence, cela pour plusieurs raisons.  Le territoire est contesté par le marquisat d'Odelian et est séparé par la mer des autres terres missèdoises, le territoire doit donc tenir en attendant les renforts de la baronnie. En plus du camps fortifiés la ville d'Isgaard dispose d'importants stocks d'armes et de nourritures, elle possède un gouverneur militaire. Il s'agit là d'un des vertueux gardes de la bibliothèque nommé pour deux avant d'être remplacé par l'un de ces pairs. Il y est présent avec sa section de 20 hommes.

Une compagnie est aussi présente à Isgaard, elle possède 50 piquiers et 80 hallebardiers. Isgaard étant un port,les 50 arbalétriers sont intégrés à la compagnie. Cette compagnie est soutenue par une unité de  150 piquiers miliciens formée par les colons missèdois. De plus afin d'assurer un meilleur contrôle du territoire des bandes de pilleurs ont été installé dans les terres alentours. En échange  de terre ces anciens pilleurs doivent prendre les armes pour missède en cas de besoin. Il s'agit de petites troupes d'archers pour la plupart, ils peuvent lever environ 100 hommes.

Récapitulatif Modifier

Unités Effectifs
Garde de la Bibliothèque 106
Chevaliers 400
Cavaliers légers 600
Compagnie de Missède 500
Compagnie de Salamandre 350
Arbalétriers de Chiard 200
Milice de piquiers 1000
Francs-Archers 2300
Garnison d'Isgaard 451

La flotte Modifier

Egp3

La flotte a grandement profité de la centralisation de la baronnie de Missède. Après l'occupation d'Isgaard le besoin d'une flotte c'est fait ressentir. Les dromons construit était de modèles ydrilotes . Le dromon qui avait amené l'épouse de Viktor ayant servit de modèle   . Les marchands comprenant Aussi la nécessité d'une telle flotte n'ont pas hésité à payer certains frais et ne contestèrent pas les impôts. C'est pourquoi l'une des galéasses porte le nom de Chiard. Le trésor de la baronnie n'ayant pas une armée trop importante à payer la construction et l'entretient de cette flotte ne posa pas de difficultés supplémentaires. Le soutien des marchands fût un plus non-négligeable.

Cette flotte est stationnée à Chiard hormis 3 fustes qui sont positionnées à Isgaard. Elles sont destinées à contrôler les accès aux ports ainsi que de communiquer avec le reste de la baronnie. Deux ports de guerre sont donc présents, Isgaard et Chiard, et son sont capables d'accueillir la flotte au grand complet. Même si le l'amirauté est placée à Chiard une partie de la flotte de guerre, hors fustes, peut être présente à Isgaard. Si tel est le cas le vice-amiral y installe ses quartiers. La flotte est composée de 24 navires :

Type de navires quantité nombre de marins
Dromons 5 275
Galéasses 5 325
Fustes 6 60
Galées 8 440