FANDOM


996-an 6: La décennie trystanienne Modifier

En l’an de grâce 996 du Xème Cycle, le jeune Trystan apparaît à la face du monde. Le royaume est alors régi par Ultuant Ier des Fiiram, dont les premiers temps de son règne, marqués par une vague de progrès et de prospérité, sont brutalement interrompus par les nombreuses attaques des drows


Tout commence en l’an de grâce 996 du Xème Cycle, il y a plus d’une décade, avec l’apparition de Trystan dans les affaires du royaume. Ce jeune homme est le fils présumé du duc Charles d’Erac, l’un des grands soutiens de la maison royale. D’un naturel pragmatique, peu sociable mais efficace, il reste longtemps un obscur courtisan de la Cour de Diantra avant de devenir un proche conseiller du roi Ultuant Ier des Fiiram. Le royaume, autrefois prospère et paisible, est alors pris dans la tourmente des attaques noirelfiques. Enlèvement, assassinats, razzias, les drows n’épargnent pas la Péninsule, on les rend même responsables d’une terrible épidémie qui ravagea Diantra et ses domaines un an plus tôt, en 995.


C’est à cette occasion, dit-on, que Trystan s’illustra pour la première fois. Il serait responsable d’une des mesures les plus impopulaires des dernières décennies. Il réunit les infectés dans un faubourg de la capitale et y mit le feu, purifiant Diantra du gros de la maladie. Cette sinistre politique est vite oblitérée par d’autres mauvaises nouvelles. En effet, dans l’automne 996, les elfes noirs parviennent à enlever les princesses royales Elywënne et Kamilia, dont les têtes sont renvoyées à leurs parents. Broyés par le chagrin, la reine Lelyan en meurt, tandis que son mari, Ultuant, abdique et disparaît.


Le trône aurait été sans héritiers si, quelques semaines avant l’enlèvement des princesses, une nouvelle retentissante n’avait été lâchée. Trystan fit en effet connaître une lettre secrète du roi Gorman, le père d’Ultuant, reconnaissant Trystan comme son fils et le légitimant ainsi. Gorman aurait en effet pris Mélisandre de Langehack, dame de compagnie de sa femme la reine Lianna. Il avait étouffé l’affaire en mariant Mélisandre à Charles d’Erac. Le secret avait été gardé pendant vingt-six ans.


L’affaire fit scandale, mais Ultuant avait reconnu Trystan comme son demi-frère, si bien qu’après sa disparition, en l’hiver 996, un nouveau roi monte sur le trône : Trystan de Diantra, dit l’Aveugle.

L’an de grâce 997 Modifier

Le coup de théâtre qu’est ce couronnement n’a pas le temps d’être digéré par le royaume. Trystan Ier se marie déjà, épouse la comtesse de Christabel Lilianna, et, quelques mois plus tard, la tranquillité de la Péninsule est dérangée par une immense invasion des elfes noirs et de leurs alliés du Chaos, une secte dévouée à un dieu assoiffé de sang désormais disparue. La guerre fait rage au nord, dans les baronnies d’Alonna et d’Oësgard, où s’affrontent les osts du Puy et l’Alliance des nains et des hommes du royaume. La campagne dure le printemps et se solde sur la retraite des Drows.


Le jeune roi en sort renforcé, mais les conséquences de guerre, qui emporta le baron Charles de Hautval, le chef de la garde royale, et Aaran de Sephren, héritier du duc de Langehack, lui causera de grandes difficultés. Car ces disparitions affaiblissent les maisons de Hautval et de Langehack, deux puissants alliés de Trystan, et furent suivies de près par le décès d’Ariane, héritière du baron de Hautval et le duc de Langehack, Arathor.


Hautval sans baron, la baronnine devient la proie des prédations de la noblesse du Médian, les maisons d’Ancenis et d’Olyssea, qui en deviennent indirectement maîtres. Ce sont les prémisses des tensions entre un jeune roi encore mal établi et un puissant parti de barons traditionnalistes et ambitieux.

L’an de grâce 998 Modifier

C’est une année faussement calme. Les naissances de la princesse Lyhann, d’Erwan, fils de la sœur du roi Astéride et le mariage du conseiller royal Hannibal de Roch à la comtesse de Scylla, June des Isles, donnent un air de tranquillité au royaume. Pourtant, la noblesse prend ses aises : certaines barons du Médian chassent de leurs terres la guilde apatride qu’est l’Armée des Anges. Si le roi ne réagit pas, le duc de Serramire, Merwyn Séraphin, décide de punir son vassal Baudoin, le baron d’Oësgard, qui refusa à la dite guilde tout passage sur ses terres.


Ces quelque heurts n’affectent en rien la position de Trystan l’Aveugle, et l’hiver aurait pu être calme sans un événement terrible qui modifiera profondément l’équilibre des forces au sein du royaume : l’extinction de la branche directe des Sephren. La mort de la duchesse de Langehack Esidenir et de sa fille, Ashenie de Sephren, alors à la Cour royale, change tout. Trystan, seigneur des prospères domaines de la Couronne, mais aussi comte de Christabel et duc d’Erac, devient, à la mort de sa tante Esidenir, l’héritier légitime du très-riche duché de Langehack. L’événement marque le début de la courte et sanglante guerre civile.


Les barons d’Ancenis, d’Hautval, d’Oësgard et d’Olyssea forment une ligue et marchent sur Diantra. Le siège, qui aurait été très difficile en plein hiver, s’achève en moins d’une semaine, lorsque Hannibal de Scylla trahit le roi, assassine les capitaines loyaux et ouvre les portes à la ligue, qui met à sac la capitale. Les chefs de ce parti perdent tous la vie lors de la bataille de Diantra, laissant l’armée coalisée sans chef.


Le nord n’est pas en reste. Le duc de Serramire et le marquis de Sainte-Berthilde, respectivement Merwyn Séraphin et Aegar Kal’Halan, forment une alliance totale et dessine la création d’un royaume du nord dans le traité de Versmilia. Profitant de la mort de Baudoin d’Oësgard, ils marchent sur Oësgard et y mettent le siège. Le bourg est alors tenu par le lieutenant de Baudoin, Herménégildoricius de Tourmalin, qui a épousé la fille de son suzerain et s’est proclamé roi d’Oësgardie. Le bourg tombe vite, aidé par des traîtres.

L’an de grâce 999 Modifier

La situation, alors en défaveur de Trystan l’Aveugle, change subitement de tournure. Les vassaux d’Aegar et de Merwyn profitent de la guerre pour se chasser leurs seigneurs et leur autorité toujours plus pesante. Les maisons Kal’Halan et Seraphin sont exilées. A Diantra, le sénéchal du roi, Kazil de Sephren, frère d’Arathor, défait l’armée de la ligue ; le roi le récompense en le nommant duc de Langehack. Les familles d’Olyssea et d’Ancenis sont chassées de leurs terres. Hautval est remise à Eskevar, seigneur d’Helderion, un vassal d’Hautval allié au roi, Ancenis à Arthur de Melasinir, un chevalier éracien proche de Trystan.


Le nord quant à lui est laissé sans chef, et les seigneurs se développent, toujours plus indépendants. Ceux qui profitèrent le plus de la guerre civile furent sûrement les Odélian. Menées par Gaucelm d’Odélian, dit le Gros, les armées odélianes attaquèrent leurs voisins de la baronnie d’Etherna, prétendant ceux-ci du côté de la ligue. Pour consolider son assise sur la baronnie, Gaucelm épouse Elanore de Caerlyn, fille du baron d’Etherna.