FANDOM


Culte plus récent que celui des Cinq mais que certains disent millénaire, la religion karamstrienne est une ancienne foi païenne pratiquement évincée de la Péninsule voici sept-cent ans. La secte, car il faut désormais l'appeler comme cela, est divisée entre deux forces naturelles d'une importance égale: le Karam et le Stra. Contrairement aux dogmes pentiens, les énergies sus-citées ne sont pas à proprement parler des divinités mais des puissances naturelles encourageant chacune certains comportements humains. Sans avoir de conscience à proprement parler les deux objets d'adorations insufflent la bonne marche à suivre au monde, soufflant d'autant plus forts quand ils sont en déséquilibre.

Rejoindre le Culte de Karamstra revient à vénérer l'un, l'autre ou les deux concepts et à s'y remettre devant les choix de l'adversité. A savoir qu'au vu de l'époque dans laquelle ils ont été découverts, les deux principes sont basés sur la violence.

Enseignement Modifier

Quand l'étudiant débute son initiation au Culte, la "Vraie Nature" du monde lui est révélé: la violence. Tout n'est que violence contenue ou violence libérée, tempérée ou relâchée par les pulsions animales ou les sentiments humains. Le Karam comme le Stra ne sont que le reflet de la nature de la Vie, deux forces opposées tentant de triompher l'une de l'autre de la même manière que deux ours pourraient se battre à mort pour la possession d'un territoire: sans intelligence, sans sentiments, juste par instinct.

La doctrine la plus décriée de Karamstra est une hérésie pour la quasi-totalité des écclesiastiques pentiens. Pour cause: elle considère que les Cinq ne sont que des subordonnés, des esprits humains, elfiques ou nains juste plus puissants que les autres et rampant tout de même devant les deux augustes que sont le Karam et le Stra. A ce titre vénérer ce panthéon revient à faire une erreur d'appréciation, dont la gravité réelle dépend davantage de la loge de la secte que d'un consensus général.

Le Karam Modifier

Il est la puissance de la stagnation, de la bonté, de la gratitude, de la violence contrôlée et collective, représentée par la noblesse ou les forces du Guet de chaque ville. Le Karam représente la part de nos sentiments et de nos instincts qui nous poussent à notre propre préservation par l'étouffement de la violence. De manière générale c'est la partie de l'univers la plus appréciée par le peuple et surtout par ceux qui ne voient pas sur le long terme. Dans la logique de la secte, un Karam trop puissant entraîne l’asphyxie de la civilisation, qui tombera sous le poids des horreurs de la paix.

Un pays prospère, où personne ne souhaite le moindre changement et où Les autorités oisives se complaisent dans l'inaction est l'exemple même de la victoire du Karam.

Le Stra Modifier

D'un côté il y a l'inertie, de l'autre le mouvement, le changement, l'adaptation, la violence individuelle, la colère novatrice. Le Stra est une partie de chacun d'entre nous, celle qui sommeille et qui réclame pourtant constamment de l'action, de l'inattendu. Il s'oppose à la paix durable -ce qui ne veut pas dire à la paix tout court-, aux enchaînements quotidien et à la pérennisation. C'est clairement l'entité préférée des mercenaires, des guerriers, des conquérants, des assassins etc... Qui voient dans cette forme une justification morale à leurs actes. Un Stra trop fort ne débouchera que sur une guerre permanente où l'adaptation sera la clé et rares les survivants.

Un pays en ruine, où les combats sont permanents et les morts jonchent la terre et où seuls les débrouillards peuvent espérer tenir plus de quelques jours est l'illustration la plus claire d'un triomphe du Stra.

Les commandements Modifier

Davantage adressés aux prophètes qu'aux fidèles eux-même (bien que ceux-ci doivent en respecter certains), les commandements sont gravés sur des tablettes de pierre conservées depuis la destruction de Karamstra, les dogmes tiennent en peu de points car le principe même du Stra empêche une clarification totale des obligations de chacun.

I- L'humilité est la plus primordiale des richesses, aussi puissant sois-tu, tu restes éternellement faible face à la puissance du Karam et du Stra.

II- Tu veilleras toujours à l'équilibre du Karam et du Stra.

III- Les prophètes ajusteront leur aliénation au Karam ou au Stra selon la situation, en obéissant pour cela à leur envie ou à leur supérieur, selon la voie qu'ils ont au départ choisi.

IV- Tu ne vénéreras pas les deux puissances car aucune n'a cure de tes prières qui ne feront que les déranger. En revanche tu viendras souvent te recueillir près des lieux où elles sont fortes pour réfléchir à ce qu'elles attendent de toi.

V- A ta mort tu rejoindras le Karam ou le Stra, selon la vie que tu as mené afin d'aider l'équilibre à se maintenir. Ta vie doit contenir une part de réflexion qui t'aura amené à savoir ce que tu pourras apporter comme aide à la force naturelle.

VI- Tu travailleras à ramener les trompés auprès des vrais dieux.

VII- Tu te méfieras des enseignements des autres religions qui ne sont qu'une déformation fausse de nos concepts et qui sont les ennemis du Karam comme du Stra, car elles ne sauront pas garder l'équilibre.

La hiérarchie Modifier

Il est à noter que la religion karamstrienne permet à un individu d'endosser un rôle religieux et un rôle militaire ou gestionnaire.

- Voix du Culte: dignitaire principal du Culte, il est surnommé "Karam echsban oz Stra" (Celui qui a rejoint l'équilibre entre le Karam et le Stra). Il est choisit après avoir prouvé aux prophètes des deux entités qu'il a assimilé, compris et appliqué avec rigueur et sérieux les enseignements des deux forces. Il choisit les  grandes directions que va suivre la secte dans le futur.

- Grand prophète: second plus haut rang du culte, il assure la cohésion entre plusieurs loges situées dans une zone géographiquement restreinte. Le plus souvent les choses sont arrangées de façon à ce qu'il puisse s'occuper du même nombre de loges dédiées au Karam qu'au Stra.

- Prophète: directeur d'une loge, il peut être assigné au Karam ou au Stra. Il doit écouter savoir reconnaître quelle entité a besoin d'aide dans sa zone d'influence et doit en tirer les conclusions et les actes nécessaires.

- Adepte: rang intermédiaire donné aux hommes et femmes en apprentissage des enseignements d'un ou l'autre des côtés de la Vie. Il sert d'émissaire entre les différentes loges ou entre un prophète et ses ouailles.

- Frère: nom donné à toute personne de confession karamstrienne mais sans y avoir un poste à responsabilité.

Pratiques Modifier

Comme il a été dit, les membres du culte ne sont pas encouragés à prier, même si cela ne signifie pas qu'ils ne le font jamais. Cela étant, quand un prophète le décide (environ une fois par semaine) il peut choisir d'organiser une réunion où il exprimera son avis sur la situation et sur les prochains changements qui devront être fait pour garder l'équilibre. C'est aussi une manière d'apaiser une population parfois inquiète de son sort en leur prodiguant conseils et satisfaction, même si on peut la terrifier par des avertissements.

Parfois les dignitaires s'isolent et vont retrouver un endroit sacré tel qu'un rocher gravé, une clairière isolée, ou un temple païen rudimentaire. Ils y réfléchissent de l'harmonie du monde et de l'équilibre de la situation, tentant de trouver les bonnes mesures à prendre. C'est dans ces lieux qu'on dit que le Karam ou le Stra peuvent vous accorder une parcelle de pouvoir et dans les situations de crises des rituels sont utilisés, les annales ne mentionnent pas si ces rituels ont réussis ou échoués.

Le culte fonctionne par loges claniques basées sur une hiérarchie simple. N'importe qui peut se proclamer membre de la loge en s'en remettant à la foi karamstrienne, cela étant il faudra un certain temps, des tests élémentaires de connaissances ainsi que de capacités à se battre pour pouvoir assister aux discours des prophètes. Le combat est d'ailleurs un élément clé de la culture de Karamstra, chaque personne, des deux sexes, doit savoir se défendre face à un adversaire. Le monde étant entouré par la violence il convient de savoir l'utiliser pour pouvoir servir le plus fidèlement possible les deux puissances. Bien sûr si les novices rentrent dans la loge alors qu'ils sont âgés, il ne leur sera pas forcément demandé de commencer à s'entraîner.

Quand un membre souhaite progresser dans la secte il doit se soumettre au jugement de ses supérieurs, qui analyseront sa capacité à répondre aux attentes de l'équilibre délicat de l'univers et à ses atouts mentaux ou physiques, notamment martiaux. A ce titre il est rare de croiser un Prophète qui ne soit pas un combattant expérimenté doublé d'un homme (ou d'une femme) avisé.

La plus grosse ambiguïté de la secte elle-même provient de l'utilisation de la violence dans le culte. En vérité chaque loge a le devoir de s'adapter à la situation pour remettre l'équilibre en ordre, bien entendu les membres du Karam appliqueront la violence avec chirurgie (comme le fait de briser la mâchoire d'une seule personne ou d'en protéger une autre) alors que les membres adeptes du Stra chercheront des moyens plus expéditifs de mettre fin au problème.

Symbolique Modifier

De manière générale les membres adhérant au Stra rejette les symboles qui pourraient les faire reconnaître, autant pour des raisons religieuses que pratiques. En revanche chaque frère doit en toute circonstance posséder une arme, sauf en cas de situation particulière.

Du côté du Karam les membres arborent parfois des symboles en formes de menhir, de feuille ou d'armes taillées dans la pierre, le métal, l'os ou le bois. D'autres symboles plus ésotériques sont aussi utilisés sur certaines loges.

Vision du Voile Modifier

Personne ne s'attendait à voir les dieux revenir en ce monde sous une forme physique, surtout pas les karamstriens qui les considéraient comme des imposteurs au pire, des émanations du Karam et du Stra au mieux. Quelle ne fût pas leur surprise quand ils virent les divinités se déchaîner, en l'absence des deux puissances primordiales! Ce fût Arawn Eolun, la Voix du Culte, qui trouva la réponse appropriée: en montrant qu'ils avaient une forme physique, les "dieux" avaient prouvé qu'ils étaient inférieurs au Karam et au Stra, qu'ils étaient, en tant que corps vivants, assujettis au flux du duo éternel. Non, pas plus que les hommes ils n'échappaient à leur poigne éthérée, autant que les hommes ils étaient les esclaves des courants de la violence. Certes leur condition leur offrait plus de moyens pour arriver à leur fin, mais en définitive ça ne changeait rien, leurs mensonges étaient les mêmes, ils tentaient de se faire passer pour les grands instigateurs qu'ils n'étaient pas.

En définitive, les dieux sont passés dans l'esprit de nombre de cultistes, du statut d'anciens esprits vénérés à tort à celui d'usurpateurs malicieux.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.