FANDOM


Glenn Hereon
Glennwikia
Glenn Hereon, Roi de Naelis
Informations générales
TitreRoi de Naelis
Âge33 ans (974 du cycle 10)
Epoux(se)Glinaina Wylenaryn
PèreNaval
Mère?
EnfantsElheria (8 du cycle 11) et Aldarian (8 du cycle 11)

Roi de la cité Estreventine de Naelis, Glenn est né dans un village frontalier d'Oësgard. Issu d'une famille modeste, son enfance a été bercé par les récits guerriers que lui contait son père, Naval. Destiné au métier des armes, il a servit tout d'abord dans l'armée du Baron avant de s'engager dans une troupe de mercenaires, pour finalement rejoindre l'armée du Duché de Serramire. A l'âge de 25 ans il devient maître de l'ordre des gardiens, un ordre chargé de la protection personnelle du Duc. Sa carrière militaire était à son paroxysme quand éclata le violent conflit opposant le Duc au Roi Trystan. Son soutien au Duc Merwyn lui valut la destitution de son ordre et son emprisonnement en Arétria.

Après sa libération suite à un accord conclut avec le Comte Anseric, il rallia à lui les ordres déchus de Serramire pour former une coalition en vue de reprendre le contrôle du Duché, devenu Marquisat. N'étant pas en position de s'opposer aux forces du Roi, il abandonna son projet et préféra guider son armée vers l'Ithri'Vaan ou, loin du pouvoir de Diantra, ils avaient toute leur place. Jetant leur dévolue sur la cité de Naelis, les nordiques s'en emparèrent et choisirent Glenn pour les gouverner. S'en suivit une quête acharnée vers la justice et la liberté, Naelis restant un des rares territoires indépendant se plaçant en dehors des grandes puissances.

Description physique Modifier

A force d’entrainement quotidien, Glenn a acquit une imposante musculature, qui allié à ses 1m 87, lui donne une véritable stature de guerrier. Brun aux yeux bleus, il est plutôt bel homme, mais ses nombreuses marques de guerre telle que son oreille droite manquante ou ses cicatrices peuvent gâcher le tableau, bien que cela ne lui ait pas empêché d’avoir plusieurs aventures…

Caractère Modifier

Son séjour en prison l’a profondément marqué… Sa loyauté envers la couronne n’a plus lieu d’être. ! Ces mois passés derrière les barreaux n’ont rien arrangé à l’agressivité de Glenn, il s’était habitué à passer ses nerfs sur ses compagnons de cellules. Toujours aussi brave au combat, il n’hésite à aller en première ligne, risquant ainsi sa vie, pour montrer l’exemple. Mais il n’a pas un grand sens de l’honneur comme les chevaliers peuvent en avoir, il ne se lance jamais dans un combat perdu d’avance. Sa bravoure ajoutée à sa stature lui donne un certain charisme. Habitué à diriger des groupes de personnes, c’est un véritable meneur. Grâce aux expériences de ses batailles passées, il n’est plus un novice en matière de stratégie guerrière. Il voue une haine sans nom aux drows, jurant de faire de sa vie un combat contre cette race impie. Sa plus grande crainte ? Les mages : tout ce qui touche à la magie l’effraie, c’est le seul adversaire qu’il redoute… Il les évite le plus possible, que ce soit en champ de bataille ou ailleurs.

Histoire Modifier

Première armes Modifier

Originaire d’un petit village frontalier d’Oësgard, Glenn était le fils de Naval, le meneur des veilleurs du village, une sorte de milice locale, chargé de défendre le village contre d’éventuels brigands et d’y faire respecter les édits royaux. Ancien mercenaire, Naval avait toute une vie de glorieux combats derrière lui et ses récits bercèrent la tendre enfance de Glenn. A l’âge de trois ans, il eut une sœur que ses parents appelèrent Iris. Bien qu’il ne s’entendait pas toujours avec elle, ils furent quand même très proches. C’est à partir de l’adolescence que Glenn s’intéressa aux armes. Sa fougue et sa hardiesse n’étaient pas s’en rappeler son père… Ce dernier le pris naturellement en charge et lui apprit l’art de combattre avec une épée. D’autres veilleurs se chargèrent de lui apprendre à manier d’autres armes, telle que le bouclier, l’arbalète et la lance. Glenn semblait avoir une certaine facilité avec les bêtes et Kassir, le plus âgé des veilleurs, qui possédait une belle monture, lui apprit à monter à cheval.Tous étaient d’accord sur un point : il était destiné à prendre la voie de la guerre.

Le jour de ses seize ans, il décida de quitter le village afin de s’engager dans l’armée Oësgardienne. Comme cadeau, son père lui offrit une épée longue. Elle était de grande qualité, de l’acier tout droit sorti des mines d’Oësgard. Naval lui expliqua que cette épée appartenait à son père et qu’il serait fier que son fils la porte. Elle portait même le nom d’Héron. Un nom antique qui n’était pas sans rappeler le nom de famille de notre jeune héros. Glenn fit ses adieux au village et promit de revenir dans quelques années et en uniforme. Il fit la route jusqu’à la citadelle d’Oësgard avec une petite caravane de marchands, louant ses services au passage. Glenn faisait beaucoup plus vieux que son âge et accoutré d’une armure de cuir bouilli, les marchands l’engagèrent sans discuter. Il se présenta donc à la caserne et démontra ses prouesses martiales. Il fut donc sélectionné comme recrue potentielle et passa plusieurs mois avec des instructeurs et d’autres recrues avant de prêter serment. A la fin de sa formation, Glenn fut incorporé dans la cavalerie lourde d’Oësgard. Il se lia d’amitié avec Donan, un peu plus vieux que Glenn, les deux compères venaient tous deux de la campagne et se destinaient à une carrière militaire. Ils se débrouillaient toujours pour être affecté au même poste, de Krahof à Nulhädon en passant par Ostermärk. Ne manquant pas de discipline en service, ils profitaient quand même tous deux de leurs soirées libres pour fréquenter des bordels et autres endroits mal famés. Des jeunes soldats inconscients qui croyaient que le monde était à eux…

Deux ans passèrent ainsi et Glenn eut même une promotion spéciale pour son intervention contre un groupe de bandits. Pour fêter son grade de sergent, Glenn proposa à Donan de profiter des quelques jours de congés qu’ils disposaient pour se rendre à son village natal, voir sa famille. Il faisait nuit depuis quelques heures déjà et chevauchant de forts et fiers destriers, les deux compères pouvaient apercevoir la petite bourgade qui se dessinait au loin sur la colline. Mais un détail sembla interpeller nos deux soldats : le village brulait. N’écoutant que son cœur et laissant de côté sa raison, Glenn s’élança suivi contre son grès, de Donan. Des villageois courraient et criaient parmi les flammes : des drows, c’était une bande de pillards drows qui venait d’attaquer. Sur le côté, Glenn entendit des bruits de lames qui s’entrechoquaient. Il fonça dans cette direction et vit son père aux prises avec un sombre. Sans hésiter, il chargea droit sur le drow et perfora son poitrail avec sa lance avant de parler à son père. Ce dernier le reconnut et le félicita pour son uniforme. Mais il était à bout de souffle et une imposante tâche rouge couvrait son ventre.

« C’est fini mon fils, enfuis toi, vite ! Sois fier de… d’être… un… Her… »

Donan saisit son ami par l’épaule et le pria de partir. Dans quelques instants le village sombrerait entièrement dans les flammes. Mais il y avait encore sa sœur et sa mère ! Mais à quoi bon, elles devaient déjà être mortes… Ravalant ses larmes, Glenn remonta sur sa monture et les deux soldats quittèrent le village.

Une dizaine de minutes plus tard, ils étaient déjà bien loin quand Glenn sentit une douleur intense au niveau de son oreille ce qui le fit tomber de cheval. Une flèche venait de lui arracher l’oreille droite. Il se releva péniblement, épée à la main. Une drow lui faisait face, arc brandit. Elle souriait… Elle devait être une sentinelle que les pillards avaient envoyé surveiller la route. La douleur était vraiment intense, Glenn se retenait de crier et essayait tant bien que mal de tenir son épée. La drow se préparait à décocher une ultime flèche quand Donan revint à la charge. Elle esquiva d’un bond et en profita pour dégainer deux lames courtes. Glenn se reprit et avança vers son adversaire. Donan profitait de l’avantage que lui conférait sa monture pour harceler la drow. Cette tactique marchait très bien contre les bandits de grand chemin, mais pas contre les drows… D’une agilité surhumaine, la drow sauta sur Donan et enfonça ses lames courtes dans sa poitrine, juste avant que Glenn n’arrive enfoncer sa lame dans son postérieur. Pas très glorieux certes, mais les circonstances, voyez-vous… Poussant un cri de rage, la drow tenta de se dégager mais à la vue de son ami mort, Glenn laissa libre court à sa colère et se déchaina sur son adversaire.

Il avait tout perdu ce jour-là… Sa famille et même son meilleur ami qui était mort en lui sauvant la vie. Il avait tout sauf envie de retourner à la citadelle. Il se débarrassa de son équipement de sorte qu’on le croit mort et se dirigea vers Estermärk, la ville la plus proche.

Le mercenaire Modifier

A mi-chemin, il s’arrêta dans un établissement qu’il avait fréquenté quelques fois. Au bord des près, il y avait une auberge assez modeste mais Glenn cela ne comptait pas pour lui car il avait vraiment besoin de repos. Ce soir-là, la salle principale était bondée à la grande surprise de notre héros. Des gens armés occupaient la majorité de la salle et festoyaient en faisant un boucan pas possible. Des mercenaires sans doute… Glenn s’installa dans un coin de la pièce et commanda une chope de bière. La bière était la boisson des combattants et le vin celui des seigneurs lui avait dit un jour son père. Soudain, un des présumés mercenaires s’approcha vers lui.


Son haleine puait l’alcool, il était ivre. Glenn se leva tranquillement pour faire face à ce joyeux luron et, sans crier gare, lui décocha un formidable coup de poing dans le ventre qui le fit s’affaler par terre, non sans l’insulter et lui dire que le moment était mal choisi pour lui chercher des noises. Tous dans la salle s’étaient tus. Progressivement, les mercenaires dégainèrent leur épée et se dirigèrent vers le coin de la salle où Glenn buvait. Mais ils s’arrêtèrent net quand l’un d’entre eux, plus grand que les autres et portant une lourde hache dans son dos s’avança. Il devait être le chef de la bande.

« Ola mon gars, arrête de faire la gueule, tu gâches la fête là ! Allez, je vais te faire sourire moi. » Glenn releva le défi. Le duel qui suivit fut des plus dynamiques, aucun des deux adversaires ne simulaient. Notre héros évacuait sa rage et frappait d’une force impressionnante, mais le mercenaire se relevait être meilleur bretteur. Finalement, Glenn du s’incliner quand son adversaire réussi à le désarmer. S’ensuivit une discussion des plus intéressantes : Glenn sentit qu’il pouvait faire confiance à cet homme et il lui raconta tout. Un déserteur sans but, voilà ce qu’il était. Plus vieux de plusieurs années que Glenn, l’homme s’appelait Adin et il était le chef de la compagnie de la lame ardente, une bande de mercenaires très connue dans le Duché, qui opérait près des frontières. Adin voyait en Glenn un combattant prometteur et il lui proposa de rejoindre sa troupe. Ne poursuivant aucuns buts pour le moment, Glenn accepta.

La lame ardente était composée d’une centaine d’hommes et même quelques femmes… L’une d’entre elle était la sœur d’Adin et allait sur ses dix-sept ans. Merissa qu’elle s’appelait. Dotée d’un visage des plus jolies, elle ne manquait pas de prétendants. Mais la jeune guerrière avait un tempérament d’acier et elle ne faisait aucuns cadeaux aux hommes. Immanquablement, Merissa tapa dans l’œil du jeune homme qu’était Glenn. Et ce fut réciproque… Glenn incarnait des valeurs autres que les soudards habituels de la compagnie et malgré son oreille droite manquante, il ne manquait pas de charme. Enfin, cette romance mît du temps à se développer et accompagna notre jeune héros durant toutes ses années de mercenariat, soit un peu plus de quatre ans. Pendant ces quatre années, Glenn fit ses preuves auprès de la lame ardente. Son courage et sa force lui permirent de lui faire une bonne place au sein de la compagnie et il se lia même d’amitié avec Adin, le capitaine de la troupe. Cet homme se battait d’une manière terrifiante, avec une hache d’une taille colossale. Il apprit à notre héros à manier les armes à deux mains : ce type d’arme faisait des ravages mais n’était pas forcément adapté aux combats à cheval.

La compagnie effectuait essentiellement des contrats aux frontières du royaume, allant de petits groupes de bandits à chasser à des bandes de pillards drows à éliminer. C’était encore l’époque où les nobles de la péninsule étaient des sages, au point de respecter leur serment et de ne pas faire la guerre à son voisin, oui ça parait très loin tout cela… La lame ardente ne connut aucun échec, du moins du temps où Glenn en faisait partie. Car oui, comme dit plus haut, Glenn ne resta que quatre ans au sein de la troupe. Il aurait pu y rester encore bien longtemps si Adin n’avait pas trouvé la mort lors d’un contrat qui impliquait un affrontement risqué avec des drows. Sur la tombe d'Adin, Glenn récupéra la hache d’arme de son ami, nommé Typhon, et promit de le venger en tuant le plus de drows possible avant de le rejoindre. Les drows avaient été la cause de ses plus grandes souffrances… Merissa ne supporta pas la mort de son grand frère et provoqua une énième dispute qui découla sur le départ définitif de Glenn.

« Tu étais son bras droit, c’était à toi de le protéger ! »

Pour la gloire d'un Duc Modifier

Glenn avait acquis une certaine renommée dans le milieu du mercenariat mais sa rupture avec Merissa le fit définitivement partir et il se mit en quête d’intégrer l’armée Ducale de Serramire. Ayant déjà collaboré avec quelques officiers, des légions noires notamment, lors de diverses escarmouches, on lui proposa d’intégrer l’ordre des gardiens, une élite chargé de la protection rapproché du Duc et du palais. Malgré le prestige que lui procurait l’appartenance à cet ordre, les gardiens n’étaient que trop peu exposés au front comparé aux légions noires. En contact permanent avec la cour, Il commença son apprentissage dans la politique, écoutant malgré lui toutes sortes de conversations qu’avaient les nobles entre eux. Bien qu’il soit issu de basse naissance, il était respecté par ses pairs de par ses aptitudes martiales. Mais ce qui lui valut une grande renommée dans le duché et auprès du Duc en personne, se fût son rôle lors de la tentative d’assassinat contre Merwyn Seraphin.

Il était de garde ce soir-là devant les appartements du Duc, quand le maître des gardiens se présenta avec son uniforme complet comme à l’accoutumée, soit casque compris. Le sergent le laissa donc passer, mais un détail interpella Glenn et au bout de quelques secondes de réflexions, il se précipita dans les appartements de son suzerain, épée à la main. Surpris de cette intrusion, le faux maître de l’ordre dégaina immédiatement son arme, qui avait une garde bien différente de celle du véritable maître. Glenn bondit sur son adversaire et après quelques moulinets, lui trancha la gorge. C’était un assassin, qui avait au préalable tué le vieux maître des gardiens afin de prendre son uniforme et de s’infiltrer dans les appartements du Duc. Heureusement, Glenn connaissait très bien l’épée de feu son maître, pour avoir passé plusieurs heures dans la cour, à l’inverse de ses camarades, à s’entrainer contre elle.

« Ta vivacité d’esprit mérite bien une récompense ! Eh bien, Glenn Hereon, vu que la place vient de se libérer, je te nomme Maître de l’ordre des gardiens de Serramire, Général des Armées et membre de l’état-major ! »
Cette nouvelle se répandit très rapidement dans l’armée et ne laissa pas les autres généraux indifférents. Glenn était un bon combattant, charismatique mais il ne savait pas bien lire et écrire. De plus, il était de basse naissance. Mais malgré cela, il sut s’affirmer auprès de ses pairs, notamment grâce à l’aide d’Etias, le chef du cercle des mages de Serramire, qui appréciait la compagnie du nouveau gradé. Encore aujourd’hui, Glenn a beaucoup de respects pour cet homme qui lui apprit à lire et à écrire. Apparemment, Etias connaissait Naval, le père de Glenn, bien que ce dernier ne lui en ai jamais parlé. Les mois passèrent, la péninsule était plongée dans une terrible guerre civile et Serramire se préparait à assiéger la forteresse d’Oësgard avec l’aide d’Aegar de St-Berthilde.

Récits Guerriers et Conquête Modifier

Sources Modifier

[1]Fiche de personnage de Glenn Hereon