FANDOM


Climats, Paysages et commerces Modifier

814174Clairssac

Bannière de Jérôme de Clairssac

La baronnie d'Etherna est une région tempérée avec un climat changeant selon la saison et l'endroit où l'on se situe. Ainsi les températures oscillent entre le froid et le chaud à l'intérieur des terres.. Toutefois, la présence de la mer adoucit la rigueur de l'hiver ou la chaleur de l'été, amenant un vent agréable et rafraichissant.

De leur côté, les paysages sont variés et l'on passe de la mer à des plaines avec en bordure des frontières des collines à l'ouest, il y a également des forêts luxuriantes. Très bien irriguées en raison du réseau hydrographique, les terres sont fertiles et la culture du blé est très présente dans le centre et le sud ouest, il est donc fréquent de voir de grands champs dans cette partie de la baronnie. Les collines à la frontière de la baronnie d'Olyssea et dans la région d'Ack ont permis l'extraction de la pierre et des carrières ont fait leurs apparitions sur ses sites, fournissant la pierre pour la baronnie et ouvrant un nouveau marché d'exportation pour l'excédent de pierres taillées. Les plaines et les collines avantageaient également l'élevage de moutons et de ce fait, le commerce de la laine si prisée par les confectionneurs de vêtements, il existe donc des troupeaux paissant tranquillement. Du côté de la mer, la pêche allait de soit mais le commerce maritime est également développé, favorisant l'exportation de tout ce que la baronnie produisait, amenant son lot de richesses et augmentant les revenus de façon conséquente.

Depuis les accords passés par le Comte d'Odélian, suzerain d'Etherna, et le développement des infrastructures de routes reliant le nord au sud, le commerce a énormément augmenté au port de Seram et par conséquent dans toute la région, apportant la prospérité à Etherna.

Contexte Modifier

Etherna est une baronnie encore très rurale, en effet l'agriculture très présente ainsi que l'élevage de moutons n'ont pas été en faveur d'une urbanisation forte. Les deux villes qui sortent du lot sont Etherna, la capitale et Seram qui s'est beaucoup développée depuis les travaux lancés par Grégoire d'Odélian qui souhaitait une flotte digne et un commerce florissant.

Deux fois conquise, Etherna est, pour le moment, en assez piteux état. Elle a du mal à se relever et il y a encore quelques traces des sièges qu'elle a subit, notamment un pan de mur éboulé, jamais reconstruit au profit d'autres constructions ou des traces par ci par la de noircissement. Jérôme de Clairssac a lancé de grands travaux afin de remettre la ville en état et renforcer ses capacités de protection en cas de conflits futurs.

Grégoire D'Odélian avait aussi mit en place une nouvelle faculté de droit, celle-ci fut pérennisée par les accords militaires et commerciaux conclus avec le Comte de Scylla. La qualité de son enseignement se répandit à travers Miradelphia et l'on vit arriver des nouvelles personnes de toute part, des bourgeois venus faire leur apprentissage, accroissant par la même occasion la réputation de l'établissement et de la ville d'Etherna. Tout ceci fit augmenter la population de manière significative car l'arrivée d'individus possédants de l'argent donna un coup de pouce au commerce, amenant de nombreux artisans à s'installer dans la ville. Cela donna aussi une nouvelle dynamique aux échanges commerciaux et par conséquent de nouvelles richesses pour le seigneur.

Le port de Seram, pour sa part, s'est vu doté d'un chantier maritime et d'une zone commerciale d'importance, la ville s'est fortement développée et à vu un arrivage massif d'habitants venus offrir leur main d'œuvre. Elle s'est donc agrandit rapidement, ne permettant pas de loger la totalité des personnes présentent, que ce soit les villageois ou les marins de passages. Les tavernes et les habitations ont fleurit sans grand ordre en raison de la rapidité et les rues ont été faites d'une façon un peu chaotique, elles ne sont pas rectilignes, ni très larges. Des travaux de fortifications ont été mise en place afin que la ville puisse repousser un assaut aussi bien des terres que de la mer. Des murs commencent à sortir du niveau de l'eau et à entourer la ville sur les terres à une bonne distance, prévoyant encore l'agrandissement de celle-ci.

L'armée Modifier

Afin de perdurer dans le temps, une baronnie doit être capable de se défendre. Etherna fut conquise facilement à deux reprises, prouvant que son dispositif militaire n'était pas à la hauteur. Jérôme de Clairssac, à son arrivée, décida de réformer un peu tout cela.

La première chose qu'il fit, c'est la lutte contre la corruption, il devait absolument pouvoir se reposer sur ses conseillers et les têtes pensantes qui l'entouraient. Il eut énormément de mal à trouver des officiers honnêtes et intègres mais il mettait un point d'honneur à ce que les supérieurs ne soient pas vérolés par le vice. En procédant ainsi, il voulait redonner confiance au peuple dans son armée et qu'ils ne soient plus rackettés par la garde.

La seconde fut l'équipement. Ce n'était plus au soldat de fournir son matériel mais c'était la baronnie qui s'en chargeait. Le résultat fut un équipement de meilleure qualité et plus résistant. Au niveau de la tenue, les vêtements furent plus solide et plus chaud, diminuant le nombre de pertes en hiver. Tout cela augmenta le moral des troupes qui virent, par la même occasion, leur solde augmenter. Les couleurs de l'uniforme étaient le rouge et le noir.

Un inventaire précis fut également tenu et les hommes devaient obligatoirement remiser leur équipement au râtelier de la caserne lorsqu'ils ne s'en servaient pas, des sanctions étaient prises en cas de manquement. Cela permit aussi de diminuer sensiblement les pertes (tout le monde avait comprit qu'ils revendaient leur matériel contre de l'argent) en particulier pour les miliciens qui se présentaient souvent avec un équipement incomplet avant ce changement.

Vint ensuite la composition qui s'organise comme suit:

La baronnie peut compter en permanence sur une armée de 2 150 soldats dits de "métier". Ceux-ci vouent leur vie aux armes ainsi lorsque la paix règne, ils sont envoyés dans les casernes érigées à des endroits spécifiques ou ils renforcent la garde des villes. Dès qu'un conflit se profile, ils forment la principale force d'Etherna.

Afin de les aider dans leur tâche et d'augmenter les rangs de l'armée, une milice de 5 050 hommes peut être levée si les besoins s'en font ressentir. Tous ces hommes sont issus de la ville mais en grande partie, ils proviennent des seigneurs et régions alentours qui mettent leurs ressources au service du Baron. Ils reçoivent un entrainement régulier afin de les préparer au combat.

La garde du baron Modifier

Une garde rapprochée composée de 50 cavaliers lourds, ils se composent en majeur partie des nobles et des chevaliers ayant prêtés allégeance au Baron, ainsi que leurs familles (s'ils sont en âge d'aller au combat), complétés par leurs meilleurs éléments en matière de cavalerie. Ils sont harnachés pour la guerre avec armures de plates, boucliers et lances. Leurs chevaux sont caparaçonnés pour impressionner l'ennemi et protéger l'animal lors d'une charge.

Les officiers Modifier

Le capitaine: normalement, le baron mène ses troupes à la bataille. Le capitaine est alors à ses côtés afin d'adapter la stratégie en fonction de l'évolution du combat. Pourtant il arrive que les obligations du baron le rattrapent, à ce moment, le capitaine est seul maitre du champ du bataille, c'est lui qui prend les décisions militaires et tous lui doivent obéissance. Les sergents d'arme: chaque unité dispose d'un sergent d'arme qui lui donne les ordres émanant du capitaine.

L'infanterie Modifier

(1 500 soldats  + 5 050 miliciens)

Unité d'élite (soldats): Composée de  300 vétérans, équipés de hallebardes d'une taille de deux mètres. Ils sont protégés par une armure de plate complète (protection bras, jambes et casque). Ils sont souvent positionnés au centre des dispositifs afin de tenir le terrain ou avancer sur le centre de l'adversaire.

Arbalétriers (soldats): 500 hommes équipés de cottes de maille et d'un casque rond. Ils disposent d'une épée courte au cas ou l'ennemi arrive au contact et d'un pavois afin de les protéger des flèches et carreaux adverses.

Lanciers (soldats): 700 hommes, formant les ailes de la formation. Ils disposent de piques d'une longueur de six mètres. Ils ont également une épée afin de se protéger au corps à corps s'il y a besoin ou dans le cas où leur pique se brise. Ils sont protégés par une cotte de maille et un casque.

Archers (miliciens): 1 500 conscrits entrainés à l'arc constituent cette unité. Les miliciens n'ayant pas les moyens des hommes d'arme et pouvant être sacrifiés, ils n'ont aucune autre arme, ni protection. Ils se contentent de suivre les autres troupes équipées pour le corps à corps afin d'assurer leur défense tout en envoyant des volées de flèches successives afin de décimer les rangs des opposants.

Bardiche (milicien): Positionnés entre le centre et les ailes de la formation afin de pouvoir les soutenir, ou utilisés pour défendre un flanc ou encore appuyer une offensive fructueuse, ce sont 2 050 miliciens équipés de cette arme avec une mobilité importante. Equipée d'un fer de hache allongé en forme de croissant, le fer a deux points de fixation à la hampe: une à l’extrémité basse du croissant, l’autre en son milieu. L’extrémité haute du croissant forme une pointe permettant une utilisation d'estoc. Particulièrement efficace du fait de sa polyvalence, elle n'est ni trop longue, ni trop lourde, son fer fort lui permet de résister au choc de cavalerie lors de la charge, et sa longueur donnait l'avantage de causer de très profondes blessures, voire de tuer sur le coup les chevaux en les décapitant ou en les échinant, et la pointe permettait de transpercer les plates des armures. Ceux-ci sont protégés par une armure en cuir

Epéistes (miliciens): 1 500 hommes armés d'une épée et d'un bouclier et protégés d'une armure en cuir. Ils sont employés en soutien ou en appuie lorsque le besoin s'en fait ressentir.

La cavalerie Modifier

600 soldats

Les miliciens n'ayant pas les moyens d'avoir un cheval à monter à la guerre, ces unités sont constituées entièrement de soldats et sont divisées en deux parties

Cavalerie lourde (soldats): 400 cavaliers lourds sont équipés de lances et d'épées longues et protégés d'armures en plate, leurs chevaux sont caparaçonnés. Basée sur la charge, elle est utilisée pour enfoncer les lignes adverses, la ou un point faible est repéré ou pour en créer un.

Cavalerie légère (soldats): 200 cavaliers légers, vêtus d'armures légères sont armés d'arcs et d'épées courtes. Basée sur le mouvement, elle permet de mettre en œuvre des tactiques d'encerclements et de harcèlements de l'ennemi en faisant pleuvoir une pluie de flèches sur des fantassins en marche avant de fondre les points affaiblis avec leurs épées en main. C'est également elle qui poursuit les fuyards.

La magie Modifier

Il n'y a pour le moment pas de mage de bataille dans l'armée éthernienne mais Jérôme aimerait changer cela. En effet, la magie peut considérablement changer la donne d'un combat même si les effectifs sont en sous-nombre et il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir des arcanes.

La marine Modifier

Seram étant dotée d'environ mille marins, voila comment se compose la marine militaire d'Etherna, affrétée pour la protection des navires commerciaux:

- Deux  Dromons:

50 mètres de longueur pour 12 mètres de largeur. Nombre de rameurs/banc: 3 rameurs. Nombre de rangs: 41 rangs. Nombre total de rameurs: 250 rameurs. Équipage: 60 marins. Nombre de soldats embarqués: 120 soldats. De grande taille et d'une vitesse honorable, ces galères sont uniquement conçues pour la guerre. Ces galères possèdent un château de proue, de poupe et un au centre, une catapulte pouvant lancer des projectiles de 50 kilos à 100 mètres et elles sont pavoisées. Elles sont également équipées de la redoutable bouche à feu grégeois.

- Une Caraque:

40 mètres de longueur pour 12 mètres de largeur. Tonnage: 700 Tonneaux. Équipage: 200 marins. Nombre de soldats embarcables: 450 hommes d'armes maximum. Navire basé sur la cogue mais qui a vu ses proportions et son tonnage augmentés. Elle perd en vitesse mais gagne en stabilité, la rendant plus performante, avec sa voile carrée, dans les eaux d'Eris. Elle possède un châteaux à la proue et un à la poupe.

- Quatre Galées:

45 mètres de longueur pour 11 mètres de largeur. Tonnage: 80 Tonneaux Nombre de rameurs/banc: 3 rameurs. Nombre de rangs: 28 rangs. Nombre total de rameurs: 168 rameurs. Équipage: 69 marins. Nombre de soldats embarcables: 50 hommes d'armes Deux galées possèdent un château à la poupe et à la proue et possèdent une catapulte, deux autres au centre (à la place de la proue) et possèdent une baliste. Elles sont toutes pavoisées.

- Cinq Galéasses:

50 mètres de longueur pour 16,6 mètres de largeur et une hauteur de 8,3 mètres. Tonnage: 280 Tonneaux Nombre de rameurs/banc: 7 rameurs. Nombre de rangs: 25 rangs. Nombre total de rameurs: 350 rameurs. Équipage: 74 marins. Nombre de soldats dans l'embarcation: 170 hommes d’armes. Cette grosse galère, plus haute et plus large que les galées classiques, est mue à la fois par rames et par voiles. Ses dimensions observent la règle suivante : la longueur du navire fait trois fois sa largeur, et celle-ci deux fois sa hauteur. Sa forme, qui se rapproche de celle des vaisseaux ronds, lui donnent une meilleure tenue en mer bien que toujours agité par la houle d’Eris, à l’instar des autres galères. Pour la guerre, ou assurer sa sécurité face aux pirates, elle possède un château à la poupe et à la proue. En outre, la hauteur du navire lui a permit de reléguer les rameurs sous le pont, permettant d'équiper ce dernier d'armes de catapultes.

- Une Galiote ou Demi-Galère:

30 mètres de longueur pour 7 mètres de largeur. Tonnage: 40 Tonneaux. Nombre de rameurs/banc: 2 rameurs. Nombre de rangs: 19 bancs. Nombre total de rameurs: 76 rameurs. Équipage: 30 marins. Nombre de soldats embarcables: 25 hommes d'armes. Une version réduite de la galée, comme pour sa grande sœur, il y a un château de proue et un au centre, mais aucune galiote ne peut posséder d'arme de siège.