FANDOM



Voir les différentes régions d'Anaëh


Située au Nord-Est de ce bout de continent qu'est Miradelphia, Anaëh (ou Prime Forêt, ou Première Oeuvre ) est la plus ancienne forêt du monde, crée, dit-on, par Kÿria, déesse de la nature.



GéographieModifier

Carte d'Anaëh

Carte politique d'Anaëh

FrontièresModifier

Terres ancestrales et Protectorats elfiquesModifier

Faune et floreModifier

Cette forêt a la particularité d'abriter en son sein des arbres si grands, dit-on, qu'il faudrait plusieurs minutes pour en contourner le tronc et qu'il serait impossible d'arriver à la cime au bout d'une journée d'escalade. De même, la densité de la végétation y est bien plus grande que dans les forêts colonisées par les Humains, abritant ainsi de nombreuses plantes pour la plupart très rares et fortement recherchées en botanique, tout comme des créatures plus dangereuses ou plus merveilleuses les unes que les autres, sans compter les Elfes, gardiens sylvestres aux oreilles pointues.

Vous l'aurez compris, Anaëh est une forêt vierge, sauvage, hostiles aux étranger et regorgeant de mysthères, aussi beaux que terribles.


CréationModifier

Créée lors des premiers temps par Kÿria, Déesse de la Nature, la forêt d'Anaëh (ou Prime Forêt) est la plus vieille qui soit sur Miradelphia. A sa création, elle recouvrait une partie du continent bien plus importante que maintenant. La Prime Forêt est l'incarnation même de l'imagination de Kÿria sur Miradelphia : une forêt vierge, sauvage et hostile pour qui n'est pas habitué à ces lieux.

Outre ses différents habitants, la Prime Forêt possède en son cœur une magie ancestrale. Lorsque la Déesse Kÿria créa son Œuvre, elle y plaça la Faune, la Flore et les Elfes au même plan, de sorte que nul ne pouvait parvenir à nuire aux autres, formant un parfait équilibre.


Symphonie des arbresModifier

Bien que doté d'une forme d'intelligence bien différente de celle des elfes, les végétax et les animaux étaient reliés à la même magie. Cette équilibre existant dans la nature leur donna une sorte de conscience collective et un langage particulier.

Chaque racine qui s'enfonce dans la terre, chaque branche se déployant dans l'air, chaque animal à naitre se relie ainsi à ce réseau. Il ne faut surtout pas sous-estimer cette magie car bien qu'elle soit invisible, elle n'en demeure pas moins réelle. Lorsqu'un arbre est abattu, la forêt en est peinée et bien des êtres le ressentent, végétaux comme animaux.

Parmi toutes les races humanoïdes, seuls les Elfes, créé dans et pour cet équilibre, se sont imprégnés de l'essence de la Forêt et en comprennent le langage. On appelle cela la Symphonie des Arbres. Malheureusement, cette faculté s'est grandement raréfiée avec la création des Cités elfiques.


Premiers elfesModifier

( religion  et formation des Noss )


Le Linoïn / AduramModifier

Pendant le 3e Cycle, les elfes rencontrèrent pour la première fois les humains. Les interventions incessantes des mortels menèrent à une guerre et si les sylvains en sortirent vainqueurs, les enfants de Néera pénétrèrent très profondément dans Anaëh.

Sur le passage, les bois sacrés furent corrompus par la fureur des combats et l'envie qui dévorait le coeur des hommes. Ainsi, toute une région d'Anaëh, le Linoïn, dut être abandonnée. Ainsi naqui la forêt maudite d'Aduram.

Depuis, l'affinité à la Symphonie peut-être un véritable poison dans la Forêt d'Aduram, en effet, la Mélodie d'Aduram, brisée par les évènements du passé affecte l'esprit, pouvant même entrainer la folie voir la mort de ceux qui l'écoutent, comme elle provoqua la déchéance des Elfes du Linoïn, devenus depuis les Drows du Puy d'Elda.


Affaiblissement de la magieModifier

( Urbanisation des elfes )


Le voileModifier